Partir à l’étranger, moins compliqué qu’il n’y paraît

Le Centre d’Information Jeunesse (CIJ) de Périgueux s’est engagé à répondre à toutes les questions que peuvent se poser les jeunes au sujet de la Mobilité Internationale. A ce titre, l’organisme de formation Au Pays Des Langues était invité pour orienter les jeunes sur les différents types de séjours possibles.

La Mobilité Internationale et les jobs d’été

A quelques semaines des vacances estivales, Au Pays Des Langues avant encre des postes à pourvoir en hôtellerie-restauration, en séjours Au pair et certaines écoles avaient encore des places pour l’été. Plusieurs jeunes d’une classe de première se sont d’ailleurs inscrits pour prendre des cours cet été en prévision du bac. Partir travailler à l’International pour une courte période l’été nécessite d’avoir déjà de bonnes bases en anglais. En effet, les employeurs privilégient les jeunes majeurs qui sont capable de comprendre rapidement et avec lesquels la communication ne sera pas problématique. Pour partir travailler en hôtellerie restauration l’été, mieux vaut avoir un niveau B2 ou un très bon niveau B1. Le jeunes ne doivent pas oublier que les employeurs attendent un vrai travail de leur part.

 

Le séjour au pair d’été – une formule alliant souplesse et efficacité

Depuis toujours, les jeunes profitent de l’été pour partir se perfectionner en langues, l’anglais majoritairement, sur une période allant de un à trois mois. Le séjour Au pair est certainement le séjour le plus confortable. En effet, en premier lieu, vous bénéficiez du gîte et du couvert. En second lieu, vous êtes accueilli(e) par une famille qui vous confie ses enfants. Son intérêt est que vous vous occupiez le mieux possible de ses enfants, donc elle a tout intérêt à bien vous traiter. L’été, les séjours sont possibles de un à quatre mois pour les jeunes qui sont disponibles dès le mois de mai. En moyenne, les familles préfèrent accueillir les jeunes Au pair pour 6 à 8 semaines mais quelques familles n’ont besoin que d’un mois de garde d’enfants.

Les retours d’expérience

Les séjours d’été passent très vite. En effet, il faut généralement un bon mois pour prendre ses marques et ensuite, tout va très vite.  Nous constatons que près de 40% des jeunes qui sont partis l’été, repartent ensuite pour une plus longue période. Soit ils attendent la fin de leurs études pour repartir, soit ils prennent une année de césure, ou parfois prolongent directement leur séjour avec la famille. La remarque la plus fréquente ? “J’ai plus appris en anglais en un mois de séjour, qu’en 10 ans de cours au collège, au lycée et en école supérieure”.

Un calcul simple

Mr Cressini, professeur d’anglais, explique pourquoi. Au collège, on enseigne les bases de l’anglais. Les élèves ont 4 heures de cours par semaine en classe de sixième, puis 3 heures par semaine dans le meilleur des cas jusqu’en terminale. Chaque année, la dernière semaine de juin, j’ai la curiosité de compter combien d’heures de cours nous avons eues avec les différentes classes. En moyenne, une classe a 80 heures de cours d’anglais dans une année scolaire. Si on enlève les évaluations d’une heure – au moins 10 dans l’année – on atteint péniblement les 70 heures de cours. Sachant qu’un cours dure 55 minutes et que dans le meilleur des cas, on passe 5 minutes à faire l’appel et obtenir l’attention des élèves, le temps effectif passé à apprendre l’anglais sur une année scolaire est de moins de 55 heures.

Une efficacité réelle

En deux semaines dans un pays anglophone, vous aurez davantage parlé et entendu parler anglais que dans une année scolaire. Si vous prenez un mois de cours à l’étranger, vous aurez rattrapé plus d’une année scolaire, en mettant immédiatement en pratique vos apprentissages. Je ne compte plus les jeunes qui me disent, après leur séjour, avoir enfin compris comment fonctionnent “some, any et no”, une notion qui est revue chaque année, de la cinquième à la terminale. En sortant de cours, une jeune fille me racontait avoir acheté des pommes et avoir littéralement compris comment fonctionnaient ces quantificateurs sans plus jamais se tromper sur leur usage.

Quand s’inscrire ?

Chaque année Au Pays Des Langues place toutes les candidates et tous les candidats d’été, mais il est préférable de constituer son dossier le plus tôt possible, entre janvier et avril idéalement. Mais que les retardataires soient rassurés: chaque année, nous plaçons 4 ou 5 candidates qui s’inscrivent le lendemain des résultats du bac et partent en moins d’une semaine !

Où se renseigner ?

Chaque année, les centres information jeunesse (CIJ), les Bureaux Information Jeunesse (BIJ) et les Points Information Jeunesse (PIJ) organisent des réunions sur la Mobilité Internationale à l’étranger. Les Forums Jobs d’été, lorsqu’ils accueillent un organisme comme Au Pays Des Langues, sont également une excellente source d’informations. Chaque année, en fonction de nos disponibilités, retrouvez-nous à Agen, Amiens, Bergerac, Biarritz, Bordeaux, Gradignan, Libourne, Lille, Mérignac, Paris, Périgueux, Pessac, Talence, Villenave d’Ornon,

Un enrichissement personnel

Les jeunes qui parent ont compris qu’il y a un côté enrichissant à partir dans un autre pays. Nous seulement vous découvrez un nouveau pays, de nouvelles coutumes, d’autres points de vues. Mais également, vous vous ouvrez de nouveaux horizons. Partir vous permet de vous perfectionner en langue, mais aussi de vous découvrir. D’apprendre à vous débrouiller seul(e), loin de vos repères. Les séjours à l’étranger apprennent la tolérance et bien plus encore…

Partir avec un organisme – un gage de sécurité

Alors, plus peur de partir ? Franchissez le pas et optez pour un séjour (en)cadré par Au Pays Des Langues. Vous partirez en toute sécurité dans une école, une famille ou une structure sensibilisée à la Mobilité Internationale.

 

Voyagement vôtre,

Forum Mobilité Internationale de Périgeux
Au Pays Des Langues